Formulaire de recherche


SNJ - 33 rue du Louvre - Paris 75002 - 01 42 36 84 23 - snj@snj.fr - Horaires


Communiqués des sections, Pigistes
Section SNJ Ile-de-France

Le Figaro

Pour une revalorisation du feuillet de la pige au Figaro

Intersyndicale CFDT-CFTC-CFE CGC-CGT-SNJ


Soutien de l'intersyndicale CFDT-CFTC-CFE CGC-CGT-SNJ au collectif de pigistes travaillant pour le Figaro, qui réclament une revalorisation du feuillet dans une lettre ouverte.



La CGT, la CFTC, la CFDT, la CGC et le SNJ soutiennent l’initiative d’un collectif d’une cinquantaine de pigistes qui se sont adressés directement au directeur du groupe Figaro, Marc Feuillée, pour demander une revalorisation du tarif de la pige au feuillet.

Celui-ci est de 67 euros alors qu’il est de 80 euros au Monde ou au Parisien. Le tarif de piges n’a pas changé depuis plusieurs années.


Cette demande de revalorisation de la pige à 80 euros avait été présentée lors des négociations annuelles obligatoires (NAO) en début d’année.

Ces négociations ont été suspendues unilatéralement par la direction « en attendant d’y voir plus clair » et reprendront normalement en septembre.
 

Les pigistes sont indispensables à nos publications. Ils jouent un rôle clé pour Le Figaro. Il est temps de reconnaître leur contribution à sa juste valeur.

 

 

Courrier à Marc Feuillée, DG du groupe Le Figaro

Monsieur,

Nous sommes un collectif de 47 salariés pigistes travaillant pour le Figaro, en France et à l’étranger.

Nous sommes très fiers de contribuer au succès du premier quotidien payant de France. C’est pour nous un honneur et un engagement de tous les instants de fournir une information de qualité.

Pour autant, cela fait des années, des décennies pour certains d’entre nous, que nous acceptons de mauvaise grâce une inégalité de traitement flagrante avec les salariés permanents en rédaction.

S’ils multipliaient par 67 euros brut le nombre moyen de feuillets qu’ils produisent chaque mois, la plupart d’entre eux verraient leurs revenus baisser, voire s’effondrer. C’est notre situation, à laquelle il faut ajouter l’absence de visibilité.

Nous ne comprenons pas qu’un grand journal comme Le Figaro paie seulement 67 euros le feuillet quand Le Monde et Le Parisien paient 80 euros.

Alors que les négociations annuelles obligatoires reprennent en septembre, nous soutenons à 100% la demande des syndicats d’aligner la rémunération au feuillet sur celle du Monde. Une première étape pour combler l’inégalité de rémunération entre pigistes et salariés en rédaction.

Nous nous tenons à votre disposition pour en discuter.

Veuillez croire, Monsieur, en nos salutations distinguées.

 

Paris, le 09 Juin 2021

accès pour tous