Formulaire de recherche


SNJ - 33 rue du Louvre - Paris 75002 - 01 42 36 84 23 - snj@snj.fr - Horaires


Communiqués de presse, Comité national

[Comité national 2018]

« Fake news » : un projet de loi liberticide

Motion votée à l'unanimité


Réuni à Paris les 9 et 10 mars 2018, le Comité national du SNJ, première organisation syndicale représentative de la profession, a pris connaissance avec inquiétude de l’avant-projet de loi sur « la confiance dans l’information ». Sous couvert de lutter contre la propagation des « fake news », ce texte menace la liberté d’expression et la liberté d’informer.

Construit sur une confusion entretenue entre plateformes Internet et media professionnels d’information, ce texte, qui dit vouloir protéger contre les risques de manipulation de l’information en période électorale, peut aussi devenir un moyen d’entraver le travail des journalistes professionnels.

L’imprécision de son périmètre d’application et des moyens d’action qu’il propose peut conduire à une vision extensive et liberticide de ces dispositions, comme en témoigne l’élargissement abusif et dangereux des missions du CSA. Autre disposition envisagée, le juge civil des référés pourrait être amené à décider de l’interruption d’un média sur plainte d’un particulier, en se prononçant dans les 48 heures sur la véracité d’une information là où des enquêtes de plusieurs mois sont parfois nécessaires. Cette situation conduirait également à fragiliser la protection des sources des journalistes. Au total, au motif de l’apparition de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux, c’est toute la chaîne de l’information, qui est mise en danger.

Le SNJ considère que la lutte contre les fausses informations ne peut passer par un texte de circonstance dont il demande l’abandon. Elle doit reposer sur un dispositif combinant la garantie des moyens économiques et humains nécessaires à la production d’une information de qualité, sur une politique ambitieuse d’éducation aux médias et sur la création d’une instance d’autorégulation déontologique pouvant être saisie par le public.
 

Paris, le 10 Mars 2018

Thèmes : Information

accès pour tous