Formulaire de recherche


SNJ - 33 rue du Louvre - Paris 75002 - 01 42 36 84 23 - snj@snj.fr - Horaires


Communiqués de presse

Paris-Turf : la grève se poursuit


L’intersyndicale du Groupe Paris-Turf prend note des avis émis lors de l’audience du lundi 22 juin 2020. Elle regrette que les délégués syndicaux n’aient pas été acceptés dans la salle, tout en remerciant les avocats et les représentants du CSE pour leur investissement, ainsi que les représentants des sociétés constituant l’UES.

Elle s’étonne de l’unanimité émergeant des avis du procureur, des créanciers et des administrateurs, Maîtres Carole Martinez et Philippe Jeannerot. Ces positions vont à l’encontre de l’avis du CSE et, selon lui, de l’intérêt général ainsi que de l’intérêt des salariés. Mais, depuis le début de la procédure de prepack cession, tous les commentateurs annonçaient que les « dés étaient pipés ». L’unanimité constatée ce lundi accrédite cette thèse.

Pourtant, après avoir passé des jours à étudier les dossiers d’offre et à mener quelques négociations, le CSE avait conclu que l’offre la mieux-disante sur le plan social était celle de Riccobono. Celle de NJJ n’avait pu être améliorée que marginalement, les représentants du repreneur n’ayant pas daigné échanger avec les instances représentatives du personnel.

L’intersyndicale veut se persuader que la présence de Xavier Niel en personne au tribunal n’a pas influencé les avis. Elle espère aussi que les intervenants ont bien compris les tenants et les aboutissants des projets, ainsi que les responsabilités ayant conduit à cette situation de cessation de paiement. En conséquence, l’intersyndicale du Groupe Paris-Turf, en accord avec le CSE, a décidé de confirmer la grève qui avait été annoncée par préavis dimanche.

En outre, elle s’alarme de n’avoir aucune information sur le paiement des salaires du mois de juin. La gestion erratique de l’entreprise a en effet conduit à une situation de trésorerie alarmante, bien que positive de manière consolidée… Les administrateurs avaient émis des doutes quant à la faculté du Groupe d’honorer le paiement des salaires pour l’intégralité des salaires à la fin de ce mois.

Il faudrait donc risquer de travailler gratuitement ? Dans de telles conditions et sauf information rassurante, les salariés pourraient recourir à une grève illimitée.

 

 

L’intersyndicale du Groupe Paris-Turf (SGJ-FO, SNJ, CFDT, CGT)

Les élus du CSE

Les représentants des salariés du Groupe Paris-Turf

 

Marseille, le 22 Juin 2020

Thèmes : Grève

accès pour tous